INSERM - translation to English
Diclib.com
Online Dictionary

INSERM - translation to English

BIOMEDICAL FRENCH RESEARCH INSTITUTE
INSERM; Institut national de la santé et de la recherche médicale; Institut National de la Sante et de la Recherche Medicale; Institut national de la sante et de la recherche medicale; Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale; French Institute of Health and Medical Research; French National Institute of Health and Medical Research; Institut National de la Santé et la Recherche Médicale; Institut National del la Santé et de la Recherche Médicale; National Institute of Health and Medical Research

INSERM      
national institute for medical research

Wikipedia

Inserm

The Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm, French pronunciation: ​[insɛʁm]) is the French National Institute of Health and Medical Research.

Examples of use of INSERM
1. Elle montre en effet qu‘un individu peut se faire influencer de mani';re inconsciente dans certaines conditions, selon une recherche conjointe de l‘Institut national de la santé et la recherche médicale de Paris (Inserm) et du University College de Londres.
2. L‘Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) étudie actuellement l‘ensemble des certificats de déc';s réunionnais, afin notamment de voir si le chikungunya agit sur d‘autres pathologies lourdes, a indiqué Martine Ledrans, épidémiologiste ŕ la Cellule interrégionale épidémiologique Réunion–Mayotte. ©
3. J‘ouvre la fenętre, j‘expose ma tęte enti';re ŕ l‘air frais, je chante ŕ tue–tęte, je me pince, je mets la radio au maximum, je rejoue le match Suisse–Corée du Sud. «Rien n‘y fait, avertissent les chercheurs de l‘Institut national de la santé et de la recherche ŕ Paris (Inserm). Il ne faut pas tenter de lutter contre le sommeil, il faut s‘arręter et dormir.» A premi';re vue la recommandation ne semble pas follement originale.
4. Une équipe franco–américaine a développé une méthode de marquage génétique in vivo de neurones chez des rongeurs: les cellules nerveuses se mettent alors ŕ exprimer aléatoirement des protéines fluorescentes de diverses couleurs, ce qui permet de visualiser un grand nombre de neurones appartenant au męme circuit. «Cette technique est prometteuse, confie l‘un de ses inventeurs, Jean Livet (Inserm, Paris). Toutefois, il faut couper le cerveau en tranche pour l‘observer, ce qui la rend pour l‘heure inutilisable chez l‘homme.» L‘autre démarche est celle de Henry Markram, ŕ l‘EPFL.