Diclib.com
Diccionario en línea

Diccionario francés-ruso

"    (    -    0    1    2    3    4    5    6    7    8    9    A    B    C    D    E    F    G    H    I    J    K    L    M    N    O    P    Q    R    S    T    U    V    W    X    Y    Z    «    °    Μ    À        Æ    Ç    È    É    Ê    Π   Ô    Œ    Α    Β    Γ    А    Б    В    Г    Д    Е    Ж    З    И    Й    К    Л    М    Н    О    П    Р    С    Т    У    Ф    Х    Ц    Ч    Ш    Щ    Э    Ю    Я    Ё               
Palabras que comienzan con "": 127
— Ah!» fit-elle.
— Bertrand ne me tuera pas. Françoise ne me quittera pas. Tu ne m'aimeras pas.
— Bien sûr», dis-je. Je surveillais ma voix à tel point que je dus avoir une intonation mondaine.
— Bien, dis-je; elle...»
— Bon, dit Luc. On verra, on réfléchira. Parlons d'autre chose. Veux-tu un autre verre?»
— Bon», dit-elle, soulagée. Elle se rassit sur le lit, l'air excité et content.
— Bref, ça ne te déplaît pas. D'ailleurs, je suis à côté.»
— C'est bientôt fini, ces axiomes? Parle-moi du temps. En vacances c'est le seul sujet permis.
— C'est entendu.»
— C'est fermé aussi chez moi, remarquai-je.
— C'est parfait, continua-t-il. Je suis aussi très bien avec toi.
— C'est secondaire?»
— C'est vrai, dis-je, sans penser au manteau.
— Ce n'était pas une cohabitation, protestai-je en riant, c'était une lune de miel.
— Cynique!
— Dans le noir? Et Bertrand et les autres...»
— De quoi veux-tu que j'aie peur? dit-il avec une bizarre tristesse.
— Dominique a déjà une réputation d'ivrogne, dit Bertrand. Vous savez pourquoi?»
— Dominique, je vous tutoie! s'écria-t-elle brusquement. Je trouve assommant de vous vouvoyer.
— Duquel? dis-je. Ah! du dernier, bien sûr.
— Et le reste du temps que ferais-je?
— Et moi?
— Et puis souffrir, souffrir, il ne faut rien exagérer, repris-je. Je n'ai pas le cœur si tendre.
— Et que me diriez-vous?
— Et vous êtes incroyablement distraite, dit Françoise:
— Evidemment, dis-je.
— Evidemment, évidemment.»
— Folle.
— Françoise, je le lui dirais peut-être. Elle vous aime bien, vous savez.
— Il est bien trop gentil. Tout le monde est gentil, d'ailleurs.
— Il est marié? demanda-t-elle finement.
— Il fait beau, dis-je; il fait très beau...»
— Il n'est jamais trop tard», dit Bertrand sèchement.
— Il n'est pas sot.
— Il souffre?»
— Ils sont jeunes, dit Luc. Vingt ans, c'est encore l'âge des fous rires.»
— J'aurais dû vous appeler, moi aussi, dis-je.
— Je commencerai probablement par me baigner, dis-je. Je parlerai après.
— Je connais mal la manière de souffrir de Bertrand...
— Je leur avais dit: «Dans une semaine environ.»
— Je n'ai pas d'amie sûre, dis-je avec tristesse. Je n'ai rien de sûr.
— Je n'aime pas te faire souffrir, repris-je, et j'étais vraiment au supplice.
— Je ne comprends pas pourquoi vous me parlez de Bertrand. C'est... euh...
— Je ne connaissais pas de vraie boîte de nuit, dis-je. Ça m'éblouit.» Il se mit à rire.
— Je ne le suis pas.»
— Je ne sais pas, moi. Aimer, penser à quelqu'un, sortir avec lui, le préférer. Ce n'est pas ça?
— Je ne sais pas. Peut-être.»
— Je pensais, dis-je, que je vous aimais bien.
— Je peux arranger ça, dit-il. Je n'ai pas envie de quitter Cannes. Ni Cannes, ni toi.
— Je serais jaloux, reprit-il. Je voudrais que tu ne t'enivres et ne dises des bêtises qu'avec moi.
— Je serais très ennuyé, dit-il. Même pas flatté.
— Je suis tranquille, tu me raconteras tout», dit-elle.
— Je te dirais: «Dominique, euh... Dominique, pardonne-moi.»
— Je vais probablement aller passer quelques jours chez mes parents.
— Je veux dire: si vous m'étiez indispensable, si je vous voulais à moi tout le temps...?
— Je voudrais bien aussi, dis-je.
— Je vous déteste», dis-je.
— Jean-Louis, protesta-t-elle, pas Jean-Bernard. Se tirer de quoi?
— Les méchants sont encore plus ennuyeux, c'est vous qui me l'avez dit.
— Ma mère m'a donné dix mille francs l'autre jour. On va boire encore quelques verres et on y va.
— Mais cela n'empêche pas que tu saches qu'un jour ça ne comptera plus.
— Mais il n'est que huit heures, objectai-je. Ça n'ouvre qu'à dix heures.
— Mais justement, dis-je... Et puis, je ne sais pas, on ne dit pas les choses comme ça...»
— Mais non, dis-je, agacée. Il n'en est pas question. Nous nous entendons très bien, c'est tout.
— Mais non, disait-il. Je ferai ma thèse sur la passion. Je suis intéressé.»
— Mais tu m'aimes pour de bon, dit-il, les yeux refermés.
— Malheureuse, je l'ai été un peu, dis-je. D'ailleurs, Luc m'avait prévenue.»
— Moi aussi, dit Françoise. Mais ça s'explique mieux.»
— Moi non plus», répondis-je avec la même voix tranquille et pudique.
— Mon pauvre chéri, ça vaudrait mieux pour toi, tellement mieux...» Et il arrêta la voiture.